La police travaille encore difficilement sous contrôle du smartphone

La police travaille encore difficilement sous contrôle du smartphone

Les faits remontent à juillet. Les propriétaires du restaurant saint-gillois Le Prince, Samer et Leila Alwadia, reçoivent un coup de fil de la police de la zone Bruxelles-Midi. Une patrouille se trouve dans leur restaurant, où les tenanciers ont pris le risque de servir des narguilés en terrasse, estimant peu claires les nouvelles consignes alors édictées par le fédéral. Une erreur, reconnaissent-ils aujourd’hui. La police constate que le restaurant n’est pas en règle et qu’un employé ne serait par ailleurs plus en ordre de titre de séjour depuis quelques jours. Samer Al Wadia, qui fonce sur place, se dirige alors dans son bureau, à l’étage, pour chercher des documents visant à démontrer qu’il s’agit là des conséquences d’un retard administratif lié au Covid et que son établissement est en règle. Alors qu’il redescend, farde sous le bras, il assiste à l’arrestation de son employé, déjà menotté. Il suit l’escorte policière qui quitte les lieux, dégaine son téléphone pour filmer la scène.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct