Fermeture des cafés à Bruxelles : faut-il traiter les communes au cas par cas?

A Bruxelles, bars et cafés n’ont plus le droit de servir des clients, quelle que soit la commune où ils sont installés. La mesure est régionale.
A Bruxelles, bars et cafés n’ont plus le droit de servir des clients, quelle que soit la commune où ils sont installés. La mesure est régionale. - Pierre-Yves Thienpont.

Les mesures drastiques qui frappent l’horeca et les lieux de rassemblements bruxellois s’appliquent désormais à l’ensemble des 19 communes de la capitale. Et visiblement, ça ne plaît pas à tout le monde, alors que les disparités territoriales en matière de contamination sont importantes dans la capitale – les communes densément peuplées de Molenbeek, Saint-Josse et Koekelberg dépassent toutes le seuil des 600 contaminations pour 100.000 habitants sur 14 jours, là où Auderghem, en fin de classement, plafonne à 250/100.000. Dans la Libre, la cheffe de groupe du MR au parlement bruxellois Alexia Bertrand fustigeait déjà ce jeudi matin l’application uniformisée de mesures au niveau régional. « On le sait, les quatre communes citées sont des quartiers densément peuplés, où la population est le plus souvent précarisée et où le niveau d’éducation et d’information est moindre. Cessons de traiter le territoire de la Région bruxelloise comme s’il était homogène », déclarait-elle dans les colonnes de nos confrères.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct