Athlétisme: après la route, place à la révolution de la piste

Letesenbet Gidey et Joshua Cheptegei.
Letesenbet Gidey et Joshua Cheptegei. - AFP

Annoncés, réalisés ! Mercredi soir, sur la piste du stade Turia de Valence, en l’espace d’un peu moins d’une heure, l’Ethiopienne Letesenbet Gidey d’abord, l’Ougandais Joshua Cheptegei ensuite, ont respectivement pulvérisé les records du monde du 5.000 m et du 10.000 m, deux « monuments » que détenaient jusque-là deux légendes de l’athlétisme, à savoir l’Ethiopienne Tirunesh Dibaba et son compatriote Kenenisa Bekele. Avec un chrono de 14 min 06.62, la première a enlevé plus de 4 secondes au chrono de Dibaba, et en 26.11.00, c’est de près de 8 secondes que le second a fracassé le record de Bekele. Un double triomphe pour le bien nommé « World Record Day », comme le meeting valencien avait été présenté, qui n’a pas surpris grand monde. Voici pourquoi.

1 Deux athlètes au sommet

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct