Les Racines élémentaires de Coline Serreau: «On a toujours été élevés avec le sentiment que l’égalité, comme la justice, ne se négociait pas»

Quand j’étais petite, ma mère m’a demandé ce que je voulais faire plus tard. J’ai répondu «
c’est quoi le plus difficile
?
» Ma mère m’a répondu
: «
C’est philosophe.
» J’ai dit
: «
Je veux être philosophe.
»
Quand j’étais petite, ma mère m’a demandé ce que je voulais faire plus tard. J’ai répondu « c’est quoi le plus difficile ? » Ma mère m’a répondu : « C’est philosophe. » J’ai dit : « Je veux être philosophe. » - D.R.

Entretien

Elle est l’une des pionnières du cinéma au féminin. Dès les années 70, Coline Serreau rejoint le club très restreint des réalisatrices, aux côtés d’Agnès Varda, de Chantal Akerman ou de Nelly Kaplan. Au milieu des années 80, elle rencontre un succès phénoménal avec Trois hommes et un couffin. Puis, une décennie plus tard, est ringardisée par la presse pour la vision utopique d’un monde nouveau qu’elle propose, avec La Belle Verte. Le réchauffement climatique et la vague #Metoo l’ont remise en selle. Pour peu, on la prendrait aujourd’hui pour une pionnière. Coline Serreau se retourne sur son parcours de vie.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct