Les syndicats déplorent que les chauffeurs privés cassent la grève chez De Lijn

Pour élargir la capacité mais aussi soutenir les compagnies d'autocars privées, les autorités flamandes ont dégagé 12 millions d'euros pour permettre aux cars touristiques de rouler derrière les lignes de bus publics. "Et aujourd'hui, pendant la grève, ces cars continuent de rouler, sans qu'ils n'aient à suivre aucune ligne de bus", relève Rita Coeck.

Le syndicat s'est rendu à Gand pour prendre la mesure du phénomène. Ils y ont vu certains de ces cars rouler aux arrêts sans prendre aucun passager. "Ils circulent simplement pour gagner leur vie", selon Rita Coeck. D'autres bus ont par contre pris des passagers.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct