Nicole Gillet, déléguée générale du Fiff: «On a bien fait de vouloir cette édition»

Nicole Gillet, déléguée générale du Fiff.
Nicole Gillet, déléguée générale du Fiff. - D.R.

Vivre le cinéma en grand, permettre aux artistes de venir présenter leur film, offrir aux spectateurs le plaisir de la rencontre et du débat, réunir un jury, proposer aux scolaires un espace de réflexion à travers le cinéma, amener les professionnels à se (re)trouver. Autant de dynamiques qui, en temps normal, paraissent évidentes dans un festival. A l’ère du coronavirus, tout se complexifie. Et pourtant, les organisateurs de la 35e édition du Festival francophone de Namur ont permis tout ça pendant une semaine. « Les invités, les équipes de film, le jury étaient là avec ce désir de venir, de partager, de rencontrer, de débattre. Oui, tout s’est fait masqués. Mais ils étaient très contents que le Fiff ait lieu. Ils nous l’ont dit. Des professeurs avaient réservé sans savoir quand l’interdiction d’activités extérieures pour les secondaires serait levée. C’est tombé peu de temps avant le festival. Et ils étaient là avec leurs élèves », nous résume Nicole Gillet, déléguée générale du Fiff.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct