Pourquoi le numérique est un désastre environnemental

Pourquoi le numérique est un désastre environnemental

Quand une voiture crachote ses gaz, le cerveau comprend vite : ça pollue. Avec un mail, un like sur un post Facebook, une vidéo visionnée sur son smartphone, ce n’est pas si simple. Le numérique s’est construit sur une mythologie, celui d’un monde virtuel, vaporeux, invisible, distillé dans un « cloud » dématérialisé.

Pour le palper, il suffit pourtant de jeter un œil sur ces décharges colossales au Ghana ou au Nigeria, où périssent 80 % de nos appareils électroniques. Au milieu des vapeurs de soufre et de plastiques brûlés, des enfants y travaillent dans des conditions aussi épouvantables que leurs « collègues » des mines de métaux rares, en RDC ou au Pérou. Contrôlé par la Chine, ce « pétrole du XXIe siècle » épuise la planète autant que nos smartphones, soumis au diktat de l’obsolescence programmée.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct