Alexander De Croo a des arguments et une stratégie

Pour le nouveau locataire du Seize, c’est une entrée en matière sans temps d’adaptation ni autres façons : la crise Covid bat son plein, « il y a le feu », « la situation est préoccupante », il n’y a pas trente-six chemins, il faut susciter l’adhésion d’une population qui doute, convaincre de respecter des règles qui exaspèrent, inspirer la confiance dans un pays qui déprime.

Alexander De Croo a de l’expérience, il a pris part à trois gouvernements successifs : sous Elio Di Rupo à partir de 2011, puis avec Charles Michel en 2014, sous Sophie Wilmès depuis mars dernier, dans un exécutif d’urgence Covid déjà. Le même a négocié en première ligne l’accord de gouvernement Vivaldi voué précisément à gérer la crise sanitaire puis à tenter d’organiser la relance éco-sociale (… « quand l’incendie sera éteint, et les fumées se seront dissipées », précise-t-il). Bref, à 45 ans, il a un bagage, il a des arguments, ce n’est pas un bleu.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct