Diplomatie funéraire: le Kremlin a fait enterrer 155 soldats français morts au 19e siècle pendant la guerre de Crimée

Le président russe Valdimir Poutine.
Le président russe Valdimir Poutine. - REUTERS.

C’était il y a plus d’un siècle et demi. La guerre de Crimée, entre 1853 et 1856, avait mobilisé près de deux millions de soldats. Dans la péninsule sur la mer Noire, France et Angleterre, avec la Turquie et le royaume italien de Sardaigne, avaient formé une coalition pour empêcher l’empire russe de s’étendre plus au sud et de gagner l’accès aux mers chaudes. Une guerre, l’un des premiers conflits globaux de l’histoire moderne, au très lourd bilan : 90.000 morts au combat et plus de 200.000 morts des épidémies, notamment du typhus. Parmi les victimes : plus de 95.000 soldats français, soit près d’un tiers du corps expéditionnaire. « Quel que soit le nombre d’années passées, il ne faut pas oublier… », insiste Alexandre Barkov, le jeune directeur du musée historique de Sébastopol.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct