«WEG»: l’humour et la grâce d’Ayelen Parolin

«WEG»: l’humour et la grâce d’Ayelen Parolin

Ils sont neuf, garçons et filles, figés sur le plateau. Avant même que le mouvement commence, il y a dans cette simple présence une formidable fête pour les yeux. Des visages et des corps, des costumes qui dévoilent les musculatures, oscillent entre tutu de ballerine, influences de la peinture classique ou du cirque et tenues disco… Le regard glisse de l’un à l’autre, tente de tout englober. En vain… Ces neuf-là constituent moins un groupe qu’une addition d’individualités se retrouvant à partager le même espace. Avec les collisions et dérapages que cela peut entraîner…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct