Bruxelles: un centre-ville moins aisé, vecteur de propagation du virus

Centre de Bruxelles
Centre de Bruxelles - Mathieu Golinvaux

Après l’étude de l’UCLouvain, l’Institut bruxellois de statistique et d’analyse (Ibsa) fait le lien entre la nature même de Bruxelles et la surmortalité qui l’a frappée pendant neuf semaines lors de la première vague du coronavirus au printemps.

Intitulé « Pourquoi le Covid-19 a frappé durement la Région de Bruxelles-Capitale ? », ce focus, publié ce mardi, met en évidence la géographie de la capitale. « Les parties avec les proportions de personnes avec les revenus les plus faibles se trouvent dans le centre-ville tandis que les banlieues sont plus riches », souligne Xavier Dehaibe, responsable de la cellule « territoire et population » au sein de l’Ibsa. « Ce qui n’est pas le cas à Paris, par exemple, où le centre est plus riche. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct