Internet, porteur de bonnes nouvelles

Walter Benjamin leur a écrit via la page Facebook de la monarchie belge. Pour «
leur serrer la main, leur parler de ce pays que j'aime tant, la Belgique
». Ils ont lu. Et sont venus. © D.R.
Walter Benjamin leur a écrit via la page Facebook de la monarchie belge. Pour « leur serrer la main, leur parler de ce pays que j'aime tant, la Belgique ». Ils ont lu. Et sont venus. © D.R. - d.r.

Dans les heures et les jours qui ont suivi les attentats du 22 mars, des avis de recherche, publiés par des familles inquiètes, ont parfois trouvé des issues heureuses. Des blessés se sont manifestés via les réseaux sociaux pour se signaler à leurs proches. Et des noms, un temps cités parmi les victimes potentielles, ont pu être retirés de la liste macabre car ils avaient été liés à tort aux événements de Maelbeek et de Zaventem.

C’est le cas de Fabrice Thomasseau, ressortissant suisse et résident belge, qui enseigne à l’école européenne de Bruxelles 2. Simon Sharron, le directeur de l’établissement de Woluwe-Saint-Lambert, nous a confirmé ce mardi que Monsieur Thomasseau se portait bien, et l’avait averti par un mail. Sans le profil linkedin, il aurait été compliqué voire impossible d’établir un lien avec l’établissement où il enseigne.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct