Coronavirus: les maisons de repos sous haute surveillance

La situation actuelle se caractérise aussi par de très fortes inégalités en fonction des maisons de repos.
La situation actuelle se caractérise aussi par de très fortes inégalités en fonction des maisons de repos. - Pierre-Yves Thienpont.

A l’image de l’évolution générale de l’épidémie au sein de la population, la situation dans les maisons de repos invite, si pas à l’affolement, du moins à la plus grande prudence. Si, tant à Bruxelles qu’en Wallonie, le discours reste fixé sur « pas d’emballement », force est de constater que la vigilance s’impose plus que jamais depuis le début de cette seconde vague.

Les derniers chiffres hebdomadaires de Sciensano sur la situation, présentés vendredi dernier, indiquaient déjà la couleur. Au 6 octobre, ils montraient qu’à Bruxelles, l’incidence des nouveaux cas confirmés (soit le nombre de nouveaux cas par semaine rapporté sur 1.000 résidents) atteignait 13,18 cas, confirmant un décollage amorcé il y a trois semaines par rapport aux tendances qui furent celles de cet été. En Wallonie aussi, la courbe repointe vers le haut depuis deux semaines, là où celle de la Flandre ne s’écarte guère du plancher.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct