Coronavirus: la pandémie continue de doper les licenciements collectifs

Coronavirus: la pandémie continue de doper les licenciements collectifs
Photo News

En raison de la pandémie, sur les neuf premiers mois de l’année, le bilan social des licenciements collectifs sous la procédure Renault est le plus dévastateur depuis 2016 et l’affaire Caterpillar, signale mercredi L’Echo.

Citant les chiffres du SPF Emploi, le quotidien relève qu’au cours de cette période, 72 entreprises ont annoncé leur intention de supprimer un total de 6.811 emplois. Soit le double du nombre d’entreprises dans ce cas au premier semestre et 2.330 suppressions de postes de plus.

Sur les cinq dernières années, c’est le deuxième plus mauvais bilan. Pour retrouver pire, il faut remonter à l’année 2016 où, suite à la fermeture du site du fabricant d’engins de génie civil américain Caterpillar à Gosselies, les plans Renault avaient concerné 8.384 travailleurs sur les neuf premiers mois.

Les secteurs les plus touchés sur les neuf premiers mois de 2020 sont l’horeca et le transport, devant la pétrochimie.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct