Slow art: pour créer, finie la méthode barbecue, place au feu doux

Cela fait déjà trois ans qu’Antoine Defoort travaille sur son nouveau projet, «
Feu de tout bois
».
Cela fait déjà trois ans qu’Antoine Defoort travaille sur son nouveau projet, « Feu de tout bois ». - Lisa Fage.

Créer, produire, diffuser. Sous leurs dehors bohèmes, les arts de la scène sont soumis aux mêmes contraintes de productivité que bien d’autres secteurs économiques. La pression sur les artistes prend d’autres formes que les systèmes à flux tendu des usines ou l’optimisation des processus dans les grandes sociétés, mais elle n’en est pas moins insidieuse. Définir un projet, s’entourer d’une équipe, monter un dossier de production pour convaincre des partenaires financiers dans un secteur qui déborde d’offres, être prêt en six semaines de répétitions, assurer la diffusion, jouer le spectacle (ce qui est, ne l’oublions pas, le but du jeu) et puis hop, passer à un autre projet : à ce rythme, qui n’a rien à envier aux entrepreneurs de la Silicon Valley, difficile de ne pas passer par pertes et profits l’aspect créatif et humain.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct