Gros malaise au sommet de l’Autorité de protection des données

De gauche à droite. David Stevens, directeur du secrétariat général, président
; Hielke Hijmans, président de la chambre contentieuse
; Peter Van den Eynde, inspecteur général du service d’inspection
; Alexandra Jaspar, directrice du centre de connaissances
; Charlotte Dereppe, directrice du service de première ligne.
De gauche à droite. David Stevens, directeur du secrétariat général, président ; Hielke Hijmans, président de la chambre contentieuse ; Peter Van den Eynde, inspecteur général du service d’inspection ; Alexandra Jaspar, directrice du centre de connaissances ; Charlotte Dereppe, directrice du service de première ligne.

Nos données personnelles, utilisées notamment par les entreprises, associations, institutions ou administrations, sont-elles bien protégées ? En Belgique, c’est l’Autorité de protection des données (APD), qui est chargée de s’en assurer. Mise en place en mai 2018 dans la foulée du Règlement général sur la protection des données, cet organisme a pris le relais de l’ex-Commission de la vie privée. A la différence que ses compétences et ses pouvoirs se sont nettement élargis, y compris en matière de sanctions.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct