Brexit: le Royaume-Uni renvoie la faute à l’Europe

Le Premier ministre britannique Boris Johnson multiplie les annonces contradictoires à l’adresse des Européens.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson multiplie les annonces contradictoires à l’adresse des Européens. - AFP

En septembre, Boris Johnson avait fait du 15 octobre la « deadline » pour réussir à trouver un nouvel accord commercial avec l’Union européenne. Après quoi, il a estimé qu’il fallait se rendre à l’évidence qu’aucun accord ne serait possible, que chacun devait reconnaître cet état de fait et poursuivre sa route de son côté.

Cette annonce fracassante n’avait eu que peu d’effet sur les Européens. Le Premier ministre avait déjà fait savoir qu’il voulait un « deal » pour la fin de l’été avant de se rétracter. Il y a quelques semaines, il a ensuite minimisé cette date butoir en précisant qu’un signe fort vers un accord serait suffisant pour satisfaire les Britanniques à ce stade. Enfin, selon la presse britannique, David Frost, le négociateur britannique sur le Brexit, devait faire savoir au Premier ministre qu’il pouvait bien accorder deux semaines de plus aux Européens.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct