Coronavirus: «Plus d’infections à Lasne qu’à Charleroi, ce n’est pas normal»

Pour le biostatisticien Geert Molenberghs, on peut s’attendre à ce que les nouvelles mesures annoncées vendredi soient proportionnelles à la gravité de la situation dans chaque région.
Pour le biostatisticien Geert Molenberghs, on peut s’attendre à ce que les nouvelles mesures annoncées vendredi soient proportionnelles à la gravité de la situation dans chaque région. - Photo News.

Alors que la première vague a touché de plein fouet la Flandre, avec le Limbourg comme épicentre, et que cet été, le rebond de l’épidémie concernait principalement Anvers (très vite suivie par Bruxelles), la capitale enregistre désormais trois fois plus d’infections au SARS-Cov2 qu’au nord du pays et la Wallonie le double.

« Derrière Bruxelles (840 cas pour 100.000 habitants, ces deux dernières semaines), les provinces les plus impactées sont Liège (791), le Brabant wallon (760) et Namur (647) », détaille le professeur en biostatistique Geert Molenberghs (UHasselt/KULeuven). Soit une ville-Région et trois provinces qui accueillent des universités… « La rentrée universitaire a clairement joué un rôle dans la hausse des transmissions », acquiesce le spécialiste. « Mais certains recteurs ont été plus sévères que d’autres, surtout en Flandre où tous sont passés (ou vont passer) en code orange. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct