Les buvettes, principal vivier des rentrées en foot

Dans cette période anxiogène aux repères friables, le football francophone a, mardi soir, adopté une position claire, dans le petit espace de liberté que les contraintes sanitaires et politiques avaient circonscrit. Plutôt que de se lamenter, l’Association des Clubs Francophones de Football – ACFF (qui regroupe 680 clubs organisés en ASBL ou coopératives, et quelque 197.000 affiliés au sud du pays) – essaie d’assurer une continuité des activités, permettant ainsi à des milliers d’enfants et adolescents de rester en mouvement et de préserver équilibre personnel et psychosocial. «Tous ceux qui aiment le foot doivent être créatifs en cette période surréaliste», résume Gaston Schreurs, trésorier de l’ACFF et administrateur de l’Union belge. «L’intelligence collective a sa place dans notre sport, comme dans tous les autres pans d’activités de la société…»

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct