Covid: l’impact des «rassuristes» trop rassurants

Jean-Luc Gala, infectiologue à l’UCLouvain.
Jean-Luc Gala, infectiologue à l’UCLouvain. - RTBF.

La séquence ne peut expliquer à elle seule la flambée de l’épidémie en Wallonie et à Bruxelles mais elle n’en est pas moins interpellante. Juste après le retour à l’unif, le dimanche 20 septembre, devant plusieurs centaines de milliers de téléspectateurs, Jean-Luc Gala, spécialiste des maladies infectieuses à l’UCLouvain, – surtout connu pour avoir dit avant tout le monde qu’il fallait porter un masque – affirme sur RTL que « la situation n’est pas dramatique ». Les chiffres sont pourtant déjà inquiétants. Un nouveau CNS est même convoqué trois jours plus tard, le dernier de Sophie Wilmès. L’ex-Première annoncera – entre autres – la fin de la bulle sociale, appelant toutefois à continuer à faire attention. Suivra encore le « cri du cœur » pour « vivre à fond » du Français Nicolas Bedos, partagé à l’infini sur les réseaux sociaux. Malgré les nombreuses critiques, l’humoriste et réalisateur français semble avoir été pris au mot. Car trois semaines plus tard, tous les indicateurs sont dans le rouge très très foncé.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct