Une Amérique latine plus à droite, instable, autoritaire mais aussi plus rebelle

La Bolivie, où l’empreinte d’Evo Morales reste vivace, va ouvrir ce 18 octobre le bal d’une année électorale. © Reuters.
La Bolivie, où l’empreinte d’Evo Morales reste vivace, va ouvrir ce 18 octobre le bal d’une année électorale. © Reuters.

ENTRETIEN

Quand on observe l’Amérique latine actuellement, bien après cette période (à partir du milieu des années 2000) où la gauche dirigeait la plupart des pays qui la composent, on constate une dominante très différente, plus à droite, mais aussi politiquement plus fragmentée. A la veille du début d’un nouveau cycle électoral, Thomas Posado, docteur en sciences politiques à Paris 8 et chercheur associé au Crespa-CSU décode pour nous cette configuration particulière.

Après la vague rose, assiste-t-on à une vague conservatrice ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct