Horeca: sous le choc, le secteur crie à l’injustice

Vendredi soir, les restaurants étaient déjà désertés.
Vendredi soir, les restaurants étaient déjà désertés. - Pierre-Yves Thienpont.

Une incompréhension, une déception totale, une injustice, une catastrophe, un choc. Le secteur horeca n’a pas de mots assez forts pour qualifier la mesure prise par le Comité de concertation : la fermeture de tous les restaurants et cafés du pays dès ce lundi 19 octobre pour une durée de quatre semaines. « Nous étions prêts à accepter des mesures intermédiaires comme une fermeture à 23 h, voire 22 h s’il le fallait. Mais nous n’avons même pas pu négocier et trouver un consensus avec les autorités. C’est de l’irrespect pour notre secteur », dénonce Thierry Neyens, président de la Fédération Horeca Wallonie qui se dit « déstabilisé et totalement déçu, vu les efforts consentis par l’horeca, conformément à son protocole sanitaire. Alors oui, il existe des exploitants qui se comportent comme des cow-boys et des clients qui manquent de civisme.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct