Tour des Flandres: la chute qui gâche la fête

Tour des Flandres: la chute qui gâche la fête

À qui la faute ? À la moto, à Julian Alaphilippe ? Qu’importe la responsabilité, s’il devait y en avoir une, l’incident a nui, considérablement, à l’éblouissant final qu’une lumière pâle, comme si c’était la dernière de l’automne, illuminait finalement.

Le champion du monde avait pris ses responsabilités dans le mont le plus délicat pour lui, le Koppenberg, en prenant la bordure de côté, aussi fine que ses boyaux, mais plus roulante aussi. Sans se lever de selle pour ne pas prendre de risques. Une démarche parfaite, digne d’un coureur de cyclo-cross, ce qu’il fut à ses débuts, dans l’anonymat des épreuves françaises.

Alaphilippe a créé la décision dans ce Tour des Flandres. C’est lui qui a provoqué la réaction de Mathieu van der Poel, puis de Wout van Aert, un rien plus tard, dans le Taaienberg. Puis il y eut ce heurt malencontreux, de plein fouet sur le porte-bagages de la moto pilotée par un commissaire de course.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct