Vivre ou mourir? Le choix, c’est celui-là. Arrêtons de jouer

Vivre ou mourir? Le choix, c’est celui-là. Arrêtons de jouer
EPA.

Un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne. » En ces temps terribles, la phrase de Chevènement vaut pour les ministres au pouvoir et leurs présidents de parti. On n’a déjà pas tant de certitudes à faire passer aux citoyens et on n’a plus tant de citoyens prêts à les suivre : si on ajoute à ces deux énormes obstacles une dissension publique entre les hommes politiques aux commandes sur le bien-fondé des mesures, on ne va pas gagner la partie.

La mise en cause ce week-end de la fermeture de l’horeca est extrêmement dommageable quand elle vient du ministre fédéral libéral Clarinval (chargé de les faire appliquer !), de son prédécesseur à ce poste Denis Ducarme, de la ministre flamande du Tourisme N-VA Zuhal Demir ou de son président de parti Bart De Wever.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct