Procès des attentats de Paris: «Qu’ils crèvent, ces gens-là», lance un des deux accusés carolos

Metin Karasular, le garagiste carolo, est soupçonné d’avoir fourni des armes aux tueurs.
Metin Karasular, le garagiste carolo, est soupçonné d’avoir fourni des armes aux tueurs. - Benoît Peyrucq/ AFP.

Il est animé d’une très forte volonté de convaincre son interlocuteur de la véracité de son innocence. Ça manque de finesse et de nuance, c’est maladroit. Les réponses ne correspondent pas aux questions » : la manière dont Lamia Battikh, expert psychologue, a décrit Metin Karusalar au procès des attentats de Charlie Hebdo, Montrouge et l’Hyper Cacher, résume bien son audition de ce lundi. La journée était consacrée à ce Carolorégien de 50 ans accusé d’avoir vendu des armes à Amedy Coulibaly et son bras droit, Ali Riza Polat. Au vu de l’actualité, les premiers instants du procès ont été consacrés à un hommage ému, des différentes parties, à l’enseignant Samuel Paty, décapité vendredi par un jeune terroriste.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct