Schepmans (Molenbeek) et Ghyssels (Forest) au «Soir»: «Il y a une joie de vivre qui a disparu chez nous»

© Le Soir / Bruno D’Alimonte
© Le Soir / Bruno D’Alimonte -

Salah Abdeslam a été arrêté à Molenbeek, après s’être planqué à Forest. Les deux communes partageaient déjà, avec les cinq autres du croissant pauvre bruxellois, des indicateurs socio-économiques dégradés. Les voilà désormais, comme Schaerbeek, associées au terrorisme.

De quoi bouleverser la vie des citoyens, et du premier d’entre eux, le bourgmestre. Nous avons convié Françoise Schepmans (MR, Molenbeek) et Marc-Jean Ghyssels (PS, Forest) ce mercredi, à la rédaction du Soir pour en parler.

Comment avez-vous vécu les quinze derniers jours ?

Françoise Schepmans : Depuis les attentats de Paris, je vis dans l’immédiateté. Il faut assurer la paix publique, répondre aux médias, être présent sur plusieurs fronts. Cela prend beaucoup d’énergie mais c’est essentiel.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct