RD Congo: la «transition apaisée» n’est plus qu’une illusion

Joseph Kabila (à g.) et Félix Tshisekedi - ici, lors de la passation de pouvoir en janvier 2019 - sont condamnés à s’entendre. Mais les tensions s’aggravent entre leurs partisans respectifs.
Joseph Kabila (à g.) et Félix Tshisekedi - ici, lors de la passation de pouvoir en janvier 2019 - sont condamnés à s’entendre. Mais les tensions s’aggravent entre leurs partisans respectifs. - EPA

Analyse

Avec des amis tels que ceux-là, on n’a plus besoin d’ennemis ! Plus que jamais, entre le Front commun pour le Congo, la plate-forme qui soutient l’ex-président Kabila, et CaCh (Cap pour le changement) qui a porté au pouvoir Felix Tshisekedi, les coups fourrés se multiplient. L’ambiance entre alliés de circonstance est telle qu’elle relègue même au rôle de spectatrices les autres formations se réclamant de l’opposition, comme Lamuka désormais porté par Martin Fayulu, candidat malheureux lors des élections présidentielles de décembre 2018.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct