Olivier Martins, ténor venu du Sud et «avocat du diable»

Avant Fayçal Cheffou, Olivier Martins a assuré la défense d’un inculpé de Sharia4Belgium.
Avant Fayçal Cheffou, Olivier Martins a assuré la défense d’un inculpé de Sharia4Belgium. - Photonews/Christophe Licoppe.

L’intervention d’un avocat dans un dossier majeur fait invariablement endosser à celui-ci la réputation « d’avocat du diable » forcément acquis à la cause de son client. Me Olivier Martins, 44 ans, ne déroge pas à la règle médiatique. Sous ce filtre là, ce plaideur aux accents du Sud, pourrait revendiquer la réputation de « l’avocat de l’ange » pour démentir les détracteurs habituels de la fonction.

Il a obtenu à bon droit la libération de Fayçal Cheffou, soupçonné à tort d’avoir été « l’homme au chapeau », le troisième auteur des attentats de Bruxelles-National.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct