Attirer les femmes dans les métiers numériques, un défi pour Bruxelles

Développeur PHP, développeur d'applications, business intelligence, data analyst... Le public de Bruxelles Formation pour ces "nouveaux métiers" était composé à 35% de femmes en 2019, contre 30% en 2016. A ce rythme, le temps pour arriver à une répartition 50-50 d'hommes et de femmes sera encore long.

L'enjeu est pourtant grand: la quasi-totalité des travailleurs et des travailleuses bruxelloises va devoir mettre à jour ses compétences pour coller à un marché du travail de plus en plus digital. Se former aux métiers du numérique, c'est souvent un gage d'emploi.

"Nous allons mettre en place des actions particulières" pour attirer davantage de femmes, a déclaré Olivia P'tito lors de l'inauguration - virtuelle - de Digitalcity.

Le pôle peut déjà compter sur l'expertise d'Interface3, une ASBL qui propose des formations qualifiantes favorisant l'accès des femmes aux professions de l'informatique. "Collaborer avec de telles structures de sensibilisation est une première piste", selon Olivia P'tito.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct