La saga ZenTech n’est pas terminée: l’État n’a toujours pas payé

La saga ZenTech n’est pas terminée: l’État n’a toujours pas payé

Non, la saga ZenTech n’est pas terminée. Le nouveau gouvernement d’Alexander De Croo a hérité de cette épine dans le pied qui a beaucoup agacé Maggie De Block (VLD) quand elle était ministre de la Santé et Philippe De Backer (VLD) en charge de la stratégie de testing, tout au long de la première vague. C’est ce dernier qui avait passé commande de 3,65 millions de tests sérologiques rapides (une piqûre au bout du doigt pour savoir si on a développé des anticorps après une infection au coronavirus), avant de changer d’avis au mois juin, alerté sur la trop faible sensibilité de ces tests.

Sauf qu’un contrat avait été signé entre l’État et la société liégeoise en avril. Qualité douteuse ou pas, les tests avaient été produits dans les délais. Il a donc semblé logique au juge du tribunal des référés d’exiger que l’État paie des dédommagements pour les frais avancés par ZenTech. Le montant avait été fixé à 6,5 millions d’euros et validé dans une transaction à l’amiable.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct