Le grog, remède de grand-mère par excellence contre le refroidissement

Le grog est sans conteste l’une des astuces les plus partagées par les anciens pour tenter d’éloigner le médecin.
Le grog est sans conteste l’une des astuces les plus partagées par les anciens pour tenter d’éloigner le médecin. - Pierre-Yves Thienpont.

A l’automne, dès les premiers refroidissements, nombreux sont ceux à replonger le nez dans les recettes de grand-mère à la recherche d’un remède anti-rhume. Le grog est sans conteste l’une des astuces les plus partagées par les anciens pour tenter d’éloigner le médecin. L’origine de cette boisson chaude alcoolisée remonte au XVIIIe siècle, lorsque le rhum faisait partie intégrante des cargaisons de la marine anglaise en guise de récompense du travail durement accompli.

A l’époque, l’amiral Edward Vernon entend réduire la consommation de rhum et l’alcoolisme de ses matelots. Il décide alors d’ajouter un litre d’eau chaude à chaque quart de litre de rhum avalé. Ne trouvant pas ce breuvage à leur goût, les marins le baptisèrent « grog » en référence au sobriquet qu’ils avaient eux-mêmes donné au vieux loup de mer qu’était l’amiral : le « Vieux Grog », en référence à ses vêtements taillés en grosse toile, appelée « grogram » en anglais.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct