Coronavirus: pourquoi la deuxième vague ne ressemble pas à la première (infographies)

Coronavirus: pourquoi la deuxième vague ne ressemble pas à la première (infographies)

C’est l’argument des « rassuristes » : on est toujours loin du niveau de la première vague. Alors : no stress. Cette comparaison est un peu légère : en mars, les hôpitaux avaient cessé toute autre activité, ce qu’ils espéraient ne jamais devoir revivre. Mais osons tout de même le parallèle, pour mesurer l’ampleur de la crise actuelle. Il y a 486 patients covid aux soins intensifs aujourd’hui, contre 1.285 lors du pic de la première vague. On ne serait donc qu’à un gros tiers du pic atteint le 8 avril dernier. Factuellement, c’est exact. Mais s’arrêter là, c’est méconnaître le principe d’une épidémie (et sa croissance exponentielle). Car ce n’est pas le chiffre brut qu’il faut regarder, mais la vitesse à laquelle celui-ci augmente. Car il sera trop tard pour agir si l’on attend de voir le premier pic pour s’inquiéter.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct