Etats-Unis: Cour suprême et ring de boxe

Robert Bork (à gauche) est, à ce jour, le dernier candidat à la magistrature suprême à avoir été «
recalé
» par le Sénat américain.
Robert Bork (à gauche) est, à ce jour, le dernier candidat à la magistrature suprême à avoir été « recalé » par le Sénat américain. - Belga.

Après Neil Gorsuch, le 10 avril 2017, et Brett Kavanaugh, le 6 avril 2018, Donald Trump a bon espoir de faire adouber lundi, par le Sénat, un troisième juge partageant ses idées à la Cour suprême des États-Unis – en la personne de Amy Coney Barrett.

Tous les présidents n’ont pas eu cette chance. Ainsi, Jimmy Carter n’a pu nommer personne entre 1977 et 1981, faute de vacance. Aux termes de l’Article III de la Constitution américaine, les juges de la Cour suprême, comme tous les juges fédéraux des cours inférieures, sont en effet assurés de rester en place à vie. Enfin, pas tout à fait : « aussi longtemps qu’ils se comportent bien » (« during good behaviour »)…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct