«C’est un peu comme replonger dans un bain d’eau froide»: les soignants ont peur de se noyer dans la deuxième vague

Lors de la première vague, le pic s’était arrêté à 101 patients covid (38 aux soins intensifs, 63 en unités covid). Ce vendredi, à 9
h du matin, l’hôpital en accueillait 126.
Lors de la première vague, le pic s’était arrêté à 101 patients covid (38 aux soins intensifs, 63 en unités covid). Ce vendredi, à 9 h du matin, l’hôpital en accueillait 126. - Dominique Duchesnes.

Reportage

Il pleut sur Liège et le bâtiment blanc du MontLégia, vaisseau amiral du centre hospitalier chrétien (CHC), inauguré cette année, apparaît comme un refuge. Les apparences peuvent être trompeuses. On va là où on ne voudrait pas aller, au centre de la forge de Vulcain, là où le covid sature les lits et met à mal tout le service hospitalier d’une région liégeoise durement touchée par la deuxième vague. « On arrive déjà au niveau du sommet de la première vague alors que nous ne sommes qu’au début de la deuxième », témoigne Julien Guntz, médecin chef aux soins intensifs du CHC. Ce vendredi, un bloc opératoire, vidé, a été préparé pour recevoir douze nouveaux lits pour les soins intensifs.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct