Liban: «Mourir sur le bateau? Ici on meurt aussi, c’est juste plus lent»

Mohamed a tenté la traversée vers Chypre, avec sa femme et son fils de deux ans. Le petit est mort sous ses yeux.
Mohamed a tenté la traversée vers Chypre, avec sa femme et son fils de deux ans. Le petit est mort sous ses yeux. - D.R.

reportage

Située à l’extrême nord du Liban, Tripoli, deuxième ville du pays, est aussi la plus pauvre. Ici, plus de la moitié de la population est au chômage. Ces derniers mois, la situation a empiré. Dans les commerces, même les produits de base sont devenus inabordables.

Abboudi est venu faire des courses dans une épicerie du centre-ville. Rayon par rayon, le jeune homme scrute les étiquettes. « Les prix ont quadruplé, c’est ridicule... » souffle-t-il. A la caisse, l’addition s’élève à 30 euros pour des olives, du fromage et du pain.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct