Coronavirus – «La vie devant toi, jour 90»: la pause

Qui tombe à 58, où il y a la mort, recommence. Brrr.
Qui tombe à 58, où il y a la mort, recommence. Brrr. - D.R.

Cette année, il s’est passé un truc incroyable.

On a mal joué. A un moment donné, quelque part dans la partie, on a dû faire un double six ou, par inadvertance ou par malchance, s’arrêter sur la case 58, la tête de mort dans le Jeu de l’Oie, celle qui vous renvoie à la case départ : « Qui tombe à 58, où il y a la mort, recommence. » Brrr.

On a foiré et maintenant, on attend. On passe son tour. Le temps ralentit, les saisons défilent, l’univers poursuit sa course au-dessus de nos têtes, mais nous, pauvres petits pions, on fait du sur-place. On stagne. On piétine. Comme des losers.

Pourtant, vous vous souvenez comme on était heureux en mai dernier, quand on a rappuyé sur la touche Play ? Quelle joie, quelle ivresse. Un mois plus tard, en juin, puis en juillet, phase 4 du déconfinement, on poussait gaiement sur Fast Forward et – vraoum ! –, on décollait.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct