La forteresse percée du Karabakh

Les forces arméniennes sont confrontées à des attaques de drônes d’origines turque et israélienne.
Les forces arméniennes sont confrontées à des attaques de drônes d’origines turque et israélienne. - Photo News.

L’offensive menée depuis le 27 septembre par l’Azerbaïdjan pour reprendre le contrôle du Karabakh – 20 % de son territoire – entre cette semaine dans une phase décisive. La résistance des séparatistes de la république autoproclamée du Haut-Karabakh, soutenue par Erevan, a flanché dans le sud et défend avec la dernière énergie le corridor de Latchine, dernier lien terrestre entre les deux entités arméniennes. Géographiquement enclavés et diplomatiquement isolés, les Arméniens n’ont plus les moyens de lancer une contre-offensive contre un adversaire mieux armé et fortement soutenu par la Turquie. Peu désireux d’être contraint à choisir entre les deux anciennes républiques soviétiques, Vladimir Poutine observe pour l’instant l’influence turque progresser dans le sud Caucase. Le conflit a tué une centaine de civils, mais bien plus parmi les militaires. Le président russe a avancé vendredi un bilan d’au moins 5.000 morts.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct