Djokovic à la hauteur de Sampras

@AFP
@AFP

Un coup de sang à New York, un trait d’humilité à Paris : deux émotions, très contrastées, qui ont jusqu’ici été les seules à pouvoir freiner la boulimie de Novak Djokovic en 2020. Le Serbe (33 ans), s’il n’a pas forcément conquis la sympathie de tous en pleine pandémie (faut-il rappeler le tragique épisode de l’Adria Tour ?), a sportivement dominé cette saison sportive sens dessus dessous, forcément atypique. Le geste mal maîtrisé de l’US Open (avec disqualification à la clé) et l’inusable suprématie de Rafa Nadal sur la terre ocre l’ont certes privé de carton plein (38 victoires pour 2 défaites), évidemment pas d’une place de numéro 1 mondial qu’il a (quasi) entérinée mercredi à Vienne (succès 7-6, 6-3 aux dépens du Croate Borna Coric), pour la 6e fois de sa carrière (2011, 2012, 2014, 2015, 2018, 2020). Soit l’égal de son idole Pete Sampras, unique joueur de l’ère moderne qui avait réussi pareil exploit. Seule une participation, non prévue, de Nadal à Sofia pourrait encore le contrarier.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct