Présidentielle américaine

Le Monde selon Donald Trump: «America First» et fin des guerres sans fin

Washington a annoncé qu’il réduira la présence militaire américaine en Irak, mais la coopération avec l’armée irakienne dans sa lutte contre les derniers bastions de Daesh sera maintenue.
Washington a annoncé qu’il réduira la présence militaire américaine en Irak, mais la coopération avec l’armée irakienne dans sa lutte contre les derniers bastions de Daesh sera maintenue. - AFP.

Comme nombre de slogans, « America First », que Donald Trump claironna lors de la campagne 2016, était simpliste et ambigu. L’ex-ambassadeur américain à l’ONU, John Bolton, qui fut son conseiller à la Sécurité nationale avant de devenir l’un de ses détracteurs, va même jusqu’à affirmer que le futur président n’avait jamais su ce qu’il entendait par là.

Quoi qu’il en soit, ceux qui crurent que l’administration Trump allait renouer, en bloc, avec l’isolationnisme républicain d’avant-guerre en furent pour leurs frais. Il apparaît aujourd’hui que, dans l’esprit du businessman devenu président, il s’agissait avant tout d’évaluer chaque politique selon un rapport coûts-bénéfices pour le pays. C’est ainsi que, après avoir établi un rapport de forces, il renégocia de nouveaux accords commerciaux avec le Mexique et le Canada, ainsi qu’avec la Chine, ou qu’il retira son pays de l’accord de Paris sur le climat et claqua la porte de l’OMS.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct