Coronavirus: quand la Belgique s’essaie à l’unité

Un petit coup de pouce à l’unité.
Un petit coup de pouce à l’unité.

Le coronavirus a des effets étranges. Dans ce pays où le confédéralisme gagne du terrain, on s’essaie à l’unité. Dans les éléments de langage et la prise de mesures.

Vendredi soir, en annonçant le « lockdown », nos ministres revisitaient la devise nationale « L’union fait la force ».

« Nous avons pris ces mesures dans un esprit d’unité », lançait le Premier ministre Alexander De Croo. « Nous ne surmonterons cette crise que si nous sommes solidaires. Ensemble nous sommes plus forts. »

La solidarité, le ministre Frank Vandenbroucke la conjuguait dans son domaine de la Santé : « La solidarité entre hôpitaux sauve des vies », assurait-il, pointant les « 16 patients transférés de Liège vers la Flandre. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct