Culture: les bibliothèques, ultime refuge en temps de confinement

Même avec le masque, le contact physique du livre, sa prise en mains, le découverte de la couverture est une expérience irremplaçable.
Même avec le masque, le contact physique du livre, sa prise en mains, le découverte de la couverture est une expérience irremplaçable. - Y-M. Quemener.

L’an 2020 après JC, toute la culture est confinée. Toute ? Non. Un village peuplé d’irréductibles bibliothécaires résiste encore et toujours à l’envahisseur. « Quand on a dit que “la culture est fermée”, on a souvent oublié que les bibliothèques restent actives », tempère Diane-Sophie Couteau, directrice de la lecture publique.

Vrai : la très grande majorité des bibliothèques ont ouvert durant la première vague, proposant un service réduit aux livres commandés à emporter (take away), avec une très grande tolérance afin de satisfaire la soif d’évasion des lecteurs confinés. Il en ira de même pour la seconde vague. On l’ignore trop souvent, en Belgique francophone plus de 500 bibliothèques offrent la lecture à près de 800.000 usagers, sans oublier tout le travail d’éducation permanente, de médiation, d’apprentissage à la lecture qui y est pratiqué depuis plus de dix ans.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct