Coronavirus - Les syndicats inquiets pour les primes de fin d'année dans les commerces non-essentiels

"Ce sont souvent des travailleurs touchant un petit salaire ou qui ont des contrats à temps partiel, avec des revenus inférieurs à 1.000 euros", explique Myriam Delmée, présidente du Setca. Les montants perçus grâce au chômage temporaire ne sont donc pas très importants, situe-t-elle.

Or les périodes de chômage temporaire ne sont pas assimilées dans le calcul de la prime de fin d'année. En prenant en compte les deux mois et demi de fermeture des commerces lors du premier confinement, cela totalise à trois mois et demi la période où ces personnes seront en chômage économique, calcule Myriam Delmée. "Soit 30% de leur prime de fin d'année qu'ils ne toucheront pas, pour autant qu'ils aient repris le travail à temps plein au printemps dernier."

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct