Confinement: acheter belge et autrement, pas si simple

Sur le Net il faut donner envie aux gens, mettre en situation, ce n’est pas rien et les grands opérateurs sont mieux outillés pour ça, explique un commerçant liégeois. © AFP.
Sur le Net il faut donner envie aux gens, mettre en situation, ce n’est pas rien et les grands opérateurs sont mieux outillés pour ça, explique un commerçant liégeois. © AFP.

L’appel à « consommer belge » et local lancé lors du comité de concertation par Alexander De Croo, Jan Jambon, Elio Di Rupo, et relayé par le Syndicat des indépendants (SNI), vise à ne pas laisser le monopole des alternatives aux plateformes internationales. Pas uniquement. « La nouveauté par rapport au précédent confinement, c’est que les commerçants qui le désirent peuvent continuer à faire des livraisons ou qu’on vienne chercher la marchandise à leur porte (click and collect). Et le but n’est pas uniquement de devoir passer par le Web mais aussi, simplement, de par le téléphone » nuance-t-on chez le ministre fédéral David Clarinval (PME, classe moyenne, indépendants…). « Chaque commerçant doit développer ses solutions, poursuit-on chez Comeos (Fédération du commerce et des services). L’important, c’est que chacun peut continuer à livrer ou à servir en dehors de son magasin.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct