Le Femina étranger à deux livres de Deborah Levy

Une double plongée dans le questionnement de l’autobiographie d’une femme, y compris au sens propre : l’un des deux livres de Deborah Levy parus simultanément en français lors de cette rentrée, Le coût de la vie, raconte entre autres choses l’histoire d’une jeune Anglaise draguée par un « bel argenté » et qui renverse les rapports de force avec le récit d’une plongée qui s’achève sur la découverte, à la surface, d’une tempête qui s’est levée sans qu’elle en ait eu conscience.

L’autre ouvrage, plus court, de l’écrivaine couronnée du Femina étranger, Ce que je ne veux pas savoir, est résumé par elle-même : « Ce que nous ne voulons pas savoir est ce que nous savons de toute façon et refusons de regarder en face. Pour Freud, ce désir de ne pas savoir ce qu’on sait s’appelle refoulement. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct