Yuval Noah Harari: «La moralité, ce n’est pas respecter les lois, mais plutôt réduire la souffrance»

Yuval Noah Harari: «La moralité, ce n’est pas respecter les lois, mais plutôt réduire la souffrance»
DR

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, Yuval Noah Harari, qui est probablement le penseur le plus populaire de nos jours, semble être définitivement passé des interprétations du monde aux modalités de sa transformation. Sa défense d’un solide système de santé et de la coopération internationale face à la crise économique résultant du covid donne une tonalité nettement politique à ses prédictions d’un futur imminent. Il se refuse toujours à utiliser un smartphone. « Ainsi, je me sens mieux protégé », concède-t-il.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct