Si Mohamed Ketbi, jeune et joyau

© Bruno D’Alimonte.
© Bruno D’Alimonte. -

Il ne boit pas, il humecte. De l’eau –  plate –, forcément. Si Mohamed Ketbi est dans le contrôle permanent. De sa coiffure, qu’il ramène régulièrement à moins de folie. De son corps filiforme, dans lequel il semble parfois se perdre avant de se reprendre, toujours mains dans les poches, pour ne pas avoir l’air d’y toucher. De son alimentation, donc, qu’il doit réguler en permanence pour ne pas affoler l’aiguille de sa balance. Parce qu’à 18 ans, sous ses tics post-adolescents, c’est – déjà – une vie de sacrifice qu’il s’impose.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct