«The Diasporic Schools»: la distance comme espace à habiter

Les Diasporic Schools relient plusieurs diasporas à travers le monde via un projet qui bouscule les codes, génère de nouvelles formes artistiques et connecte tous ceux que la pandémie a isolés.
Les Diasporic Schools relient plusieurs diasporas à travers le monde via un projet qui bouscule les codes, génère de nouvelles formes artistiques et connecte tous ceux que la pandémie a isolés. - DR, Sune van Tonder, Asli Katircioglu

Depuis mars dernier, un mot d’ordre régit nos vies : distance ! Nous avons appris à travailler à distance, étudier à distance, se parler à distance. Une distance le plus souvent subie, voire honnie. Aujourd’hui pourtant, il est un espace où l’on ne maudit pas ce principe de séparation mais où, au contraire, on s’en empare pour repenser à la fois l’art et la circulation des savoirs. Au KunstenFestivaldesArts (KFDA), les Diasporic Schools mettent en lien, virtuellement, plusieurs diasporas à travers le monde via un projet qui bouscule les codes, génère de nouvelles formes artistiques et connecte tous ceux que la pandémie a isolés.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct