Confinement: des magasins de clopes électroniques pas si «non essentiels»

Les retardataires auront un peu plus de mal à trouver les produits auxquels ils sont dépendants.
Les retardataires auront un peu plus de mal à trouver les produits auxquels ils sont dépendants. - Reuters

Lors du premier confinement, ils avaient été quelque peu oubliés. Cette fois, beaucoup de fumeurs de cigarettes électroniques ne s’y sont pas laissé reprendre et ont prévu leurs stocks. D’autant plus que, comme pour les produits du tabac, la vente et l’achat à distance sont totalement interdits. Impossible, donc, de passer commande sur son magasin en ligne préféré et espérer être livré chez soi.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct