Paddock: «Sans public, le rallycross à Spa n’a aucun intérêt», explique François Duval

Le pilote belge n’a pas sa langue en poche.
Le pilote belge n’a pas sa langue en poche. - Rocher

Voici quelques mois, dans le sillage du rallye d’Ypres qui a tant fait rêver les fans de la discipline, l’homme nourrissait un projet fort séduisant. « Avec quelques-uns de mes plus fidèles partisans, on s’est mis en tête de louer une Toyota Yaris WRC chez Mäkinen. Le timing était parfait. Pour mes quarante ans que j’aurais fêtés la veille du départ (NDLR : le 18 novembre), je me serais bien vu au volant d’une de ces bombes japonaises qui jouent la victoire en mondial. Rouler une dernière fois en WRC sur la meilleure voiture actuelle, devant mon public et sur des routes que je connais : le pied total. Cela tombait au bon moment puisque le garage Duval vend des Toyota depuis… quarante ans. Bon, notre rêve a vite été rattrapé par la réalité. Mäkinen nous a signifiés qu’il n’avait aucune voiture de location à nous proposer et je n’avais pas trop envie de remuer ciel et terre pour dénicher des sponsors afin de louer une bagnole chez Malcolm Wilson. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct