Ibrahim Maalouf: «Les mélodies traversent le temps sans jamais être trahies»

«
Cette crise sanitaire est une catastrophe pour tout le secteur de la musique. Ce qui peut nous sauver, ce sont un peu les disques.
»
« Cette crise sanitaire est une catastrophe pour tout le secteur de la musique. Ce qui peut nous sauver, ce sont un peu les disques. » - Yann Orhan.

entretien

Ibrahim Maalouf avait 8 ans quand son père, trompettiste aussi, l’a lancé à ses côtés sur une scène. Il avait neuf ans quand il l’accompagnait sur de longues tournées. Il avait 12 ans quand il a composé ce qui deviendra son tube, « Beyrouth », qu’il joue d’ailleurs sur cet album anniversaire. Il avait 15 ans quand il s’est fait remarquer en jouant le Deuxième Concerto brandebourgeois de Bach, considéré par de nombreux trompettistes comme étant l’œuvre la plus difficile dans le répertoire pour trompette classique. A 40 ans, le musicien a plus de 30 ans de carrière. C’est quelque chose !

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct